Accueil

Notre expertise

L’équipe

Smart Reporting

Témoignages

Références

Actualités

Contact

Comment construire un plan de trésorerie prévisionnel ?

21 Fév, 2022
Prévisons trésorerie

En matière de gestion de la trésorerie, disposer d’un plan de trésorerie prévisionnel est indispensable pour rester informé de la situation présente et future de son entreprise. Une mauvaise estimation des besoins en trésorerie peut entraîner la faillite de votre entreprise d’où la nécessité de construire un plan de trésorerie prévisionnel.

Quelle est l’utilité du plan de trésorerie prévisionnel ? De quels éléments se compose-t-il ? Comment élaborer convenablement un plan prévisionnel de trésorerie ? PBFI vous partage les ressources nécessaires pour réussir convenablement votre plan de trésorerie prévisionnel.

Plan de trésorerie prévisionnel : c’est quoi ?

Le plan prévisionnel de trésorerie est un outil qui permet à l’entreprise d’évaluer ses futures recettes (encaissements) et dépenses (décaissements) sur une période déterminée. Grâce à ces estimations, l’entreprise peut anticiper les flux de trésorerie et agir en fonction.

Outil de gestion incontournable, il est représenté à travers un tableau qui résume les encaissements et décaissements prévisibles de votre entreprise au cours de l’année et sont ventilés mois par mois.

Son objectif : suivre l’équilibre financier de l’entreprise en calculant le solde de trésorerie qui doit être positif.

Les 4 principaux tableaux financiers prévisionnels

Le plan de trésorerie constitue ainsi l’une des 4 composantes clés de l’analyse financière de l’entreprise :

  1. Le compte de résultat prévisionnel (charges et produits de l’entreprise)
  2. Le bilan prévisionnel évalue le patrimoine de l’entreprise à la fin de l’année
  3. Le plan de financement renseigne des conditions de financement des investissements de l’entreprise (besoin en fonds de roulement inclus)
  4. Le plan de trésorerie prévisionnel donne une indication sur le niveau de trésorerie

Les avantages du plan de trésorerie

Le plan de trésorerie est un outil qui présente de nombreux avantages pour suivre le business de l’entreprise. Il permet :

  1. Une estimation du volume de ventes sur les prochains mois et la mise en place d’actions nécessaires pour atteindre vos objectifs
  2. D’anticiper les périodes creuses de trésorerie pour éviter les défauts de paiement
  3. D’obtenir une vision améliorée des dépenses avec pour objectif de réduire les coûts et faire des économies
  4. De servir d’outil d’aide à la décision

Constituer un plan de trésorerie en deux étapes

Étape 1 : identifier les recettes (encaissements)

La première partie du plan prévisionnel de trésorerie comprend les encaissements.

Voici une liste des différents types d’encaissements qu’il est possible de trouver :

  • La facturation des clients que l’on peut catégoriser par moyen de paiement, type de client, type de facturation, fréquence de facturation, taux de TVA, etc.
  • Les aides et subventions : remboursements URSSAF, prime d’emploi, subventions, concours, etc.
  • Le remboursement du crédit TVA si le montant à déduire est supérieur à celui collecté.
  • Les prêts et autres types de financement à savoir les prêts bancaires, les augmentations de capital (par apport personnel) ou encore les levées de fonds.

Étape 2 : identifier les dépenses (décaissements)

Après avoir identifié les encaissements, vous pouvez en faire de même pour les décaissements. Voici les différents types de décaissements possibles :

  • Les dépenses fournisseurs qu’il est possible de catégoriser par fournisseur, type de produits, taux de TVA, délai de paiement, etc. Distinguer les achats d’exploitation des investissements : les premiers figurent en compte de résultat, pas les seconds. Cela permet de faire le lien entre les flux d’exploitation, issus du compte de résultat, et les flux de financement et d’investissement, qui ne sont ni des produits ni des charges et n’apparaissent qu’en bilan.
  • Les rémunérations (salaires, stagiaires, intérimaires, indemnisations des gérants, apprentis, etc.)
  • Les charges sociales et charges patronales (paiement URSSAF/RSI, mutuelle, Tickets restaurant, remboursement des frais de transport)
  • Les abonnements (internet, logiciels, téléphone mobile, etc.)
  • Les frais d’utilisation des locaux professionnels (loyer, eau, électricité, et autres charges locatives)
  • Les frais marketing (publicité, réseaux sociaux, salons, impressions, moteurs de recherche)
  • Les prestataires de service (comptable, juriste, avocat, auditeurs, consultant, sous-traitance, etc.)
  • Les frais d’assurances (locaux, téléphones, véhicules, etc.)
  • Les frais bancaires (remboursements de prêts, frais financiers, commissions d’intervention, etc.)
  • Impôts (CFE, taxe d’apprentissage, IS, etc.)
  • TVA si le montant collecté est supérieur au montant déductible
  • Frais divers (remboursement des clients, cadeaux, fournitures de bureau, frais de déplacement, frais d’entretien, etc.).

Réussir son prévisionnel de trésorerie : comment ?

Avoir en tête les recettes et les dépenses de son entreprise est utile, encore faut-il pouvoir les planifier pour le futur. Quels sont les conseils, les choses à faire ou à éviter pour réussir son prévisionnel de trésorerie et se projeter dans les prochains mois ?

Quelques conseils à respecter concernant les prévisions de flux :

  • Être réaliste sur la prévision des charges variables (qui sont fonction du niveau d’activité) et ne pas les sous-estimer
  • Surveiller les délais de paiement des clients et des fournisseurs
  • Prendre en compte la saisonnalité de l’activité (si c’est le cas)
  • Établir plusieurs scénarios et dupliquer le plan de trésorerie pour créer plusieurs options possibles : pessimiste, réaliste et optimiste afin de confronter les différentes prévisions entre elles.

Plan prévisionnel de trésorerie : les erreurs à éviter

Il est important de bien connaître les bonnes pratiques pour vous aider à construire au mieux votre plan de trésorerie. Voici quelques règles à bien respecter pour vous éviter de faire des impairs qui risqueraient de vous coûter cher :

  • Ne pas négliger les petits montants : en les additionnant tous, cela peut devenir un facteur stratégique important à prendre en compte
  • Mettre à jour son plan de trésorerie prévisionnel régulièrement vous permettra d’avoir des prévisions précises et de suivre votre trésorerie de près mois par mois.
  • Anticiper les retards de paiement est un élément important à inclure dans votre plan prévisionnel de trésorerie.

Construire un plan de trésorerie prévisionnel est important. En tant que chef d’entreprise, il vous faudra maîtriser votre trésorerie en suivant de près l’évolution des ventes, les créances clients et anticiper les paiements des fournisseurs pour assurer la pérennité de votre entreprise sur le long terme.

Chaque euro investi doit être réfléchi et vous rapporter au moins ce que vous avez dépensé. Avant de prendre une décision, certaines questions sont essentielles. Par exemple : l’achat de ce matériel est-il indispensable ? L’absence de ce matériel conduit elle à revoir les hypothèses de niveau d’activité ? Est-ce le bon moment pour investir ? Est-il possible de mesurer le retour sur investissement (ROI) de cet achat ? Quand faudra-t-il recruter pour optimiser au mieux moyens et résultats attendus ? Pour assurer la santé financière de votre société, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un professionnel.